top of page

Accessibilité et disponibilité des médicaments : la France peut mieux faire


Le Leem (structure qui réunit les entreprises du médicament en France) a mis en place, suite à la Loi de Financement de la Sécurité Sociale 2023, le premier Observatoire de l’accès aux médicaments et de l’attractivité en France. Sa première étude, qui vient d’être rendue publique, révèle que la France est loin d’être sur le podium européen !


L’outil a été conçu dans un double objectif :

- factualiser les éventuelles pertes de chance des patients français, en termes de disponibilité et d’accessibilité des médicaments ;

- mettre en perspective le niveau d’attractivité du territoire par rapport à ses voisins européens.

Trois sources d’information ont été compilées : des données publiques, des études internes du Leem ainsi qu’une enquête réalisée auprès des entreprises du médicament.


Accessibilité et disponibilité des médicaments : une France en retrait


D’un côté, la disponibilité des nouveaux médicaments en France est significativement moindre qu'en Allemagne, en Italie ou en Angleterre, en partie en raison de délais de négociation plus élevés et de conditions économiques défavorables. À fin 2022, 34% des médicaments ayant reçu une autorisation de mise sur le marché au niveau européen entre 2018 et 2021 n’étaient pas disponibles en France, dont un tiers étaient toujours en cours d’évaluation ou de négociation.


En outre, les délais pour la mise sur le marché sont très éloignés de la cible de 180 jours fixée par la directive européenne Transparence, malgré une notable amélioration des délais d'évaluation par la haute autorité de santé. Hors situations critiques, les patients allemands, anglais et italiens bénéficient des médicaments plusieurs mois avant les patients français.


Les dispositifs d’accès précoce permettent d’accélérer significativement l’accès des premiers patients aux médicaments, avant l’évaluation du dossier par la HAS et la négociation de prix. Cependant, ces mécanismes sont réservés à des médicaments répondant à des critères stricts et aux patients dans les situations les plus critiques.

D’un autre côté, ces dernières années, les ruptures d’approvisionnement sur les médicaments courants se sont multipliées, mettant en jeu dans un tiers des cas des phénomènes de compétition entre les marchés. L’ANSM a enregistré entre 19 et 32 arrêts de commercialisation par an ces trois dernières années, dont la principale cause rapportée (60 % dans notre enquête) est la fragilisation de l'équilibre économique.


Un cadre réglementaire et budgétaire à refondre


L'industrie pharmaceutique en France est un secteur économique majeur, en perte de vitesse à l'international malgré des investissements importants dans la production et la recherche-développement. La France est distancée par ses pairs européens dans la production de nouveaux médicaments, en particulier les princeps biologiques, les génériques et les biosimilaires. Sur les nouveaux médicaments ayant obtenu une autorisation entre 2017 et 2022, seuls 48 sont produits sur le territoire français, contre 122 en Allemagne. Globalement, la France exporte de moins en moins les médicaments matures qu’elle produit et importe de plus en plus de produits innovants qu’elle ne produit pas suffisamment.

Les industriels français expriment leurs craintes, notamment du fait de la complexité et de l'imprévisibilité de la régulation et de la pression budgétaire croissante. 64% des répondants à l’enquête du Leem estiment que les dépenses de R&D devraient rester stables à l'avenir et 55% citent la complexité de la régulation comme le principal frein à leur développement.

À l’aune de ces résultats, l’appréciation de la France est claire : "Moyen. Peut mieux faire". Certes, la situation du pays n’est pas catastrophique mais tout dépend de nos ambitions. Avec le Plan Innovation santé 2030, le Président de la République avait formulé en 2021 son objectif de faire de la France la première nation européenne innovante et souveraine en santé. Il y a encore du chemin à parcourir.


Source : communiqué de presse du LEEM

Comments


bottom of page