top of page

Le lymphome diffus à grandes cellules B


Le lymphome diffus à grandes cellules B est un sous type de lymphome non hodgkinien (LNH). C’est d’ailleurs le LNH le plus fréquent (environ 35% de l’ensemble des LNH). En 2018, le nombre estimé de nouveaux cas de lymphome diffus grandes cellules B était de 5 071 dont 2 778 chez l'homme et 2 293 chez la femme (source : Santé Publique France).

Cette maladie est plus fréquente chez les patients âgés avec une médiane d’âge au diagnostic de 65-70ans mais elle est possible aussi chez des patients jeunes. Elle est aussi un peu plus fréquente chez les hommes. Ce lymphome n’est pas héréditaire.

Les causes de ce lymphome est dans la plus part des cas inconnue, mais il peut survenir suite à des virus telles que le virus de l’hépatite C, le VIH ou l’EBV, à un déficit immunitaire (héréditaire ou iatrogène * comme la transplantation d’organe solide), à certains agents chimiques (telles que les pesticides) ou à une autre hémopathie (maladie du sang) telles que le lymphome folliculaire ou la leucémie lymphoïde chronique.


Qu’est-ce qu’un lymphome diffus à grandes cellules B?

Le lymphome diffus à grandes cellules B est une prolifération incontrôlée de lymphocytes B matures entrainant la formation de tumeur principalement au niveau des ganglions (siège de la maturation normale des lymphocytes). Ces lymphocytes anormaux peuvent aussi se développer au niveau d’autres organes comme la moelle osseuse, la rate, le tube digestif ou le système nerveux central. Ce lymphome fait partie des lymphomes agressifs c’est-à-dire avec une évolution rapide et sévère.


Quels sont les symptômes du lymphome diffus à cellules B ?

Au début de la maladie, il peut n’y avoir aucun symptôme pendant plusieurs mois. Souvent sa découverte se fait devant un ganglion qui augmente de taille. Ce ganglion pathologique est appelé adénopathie. Une adénopathie de lymphome n’est pas douloureuse dans la majorité des cas. Les adénopathies peuvent être multiples au niveau du cou, des aisselles et des plis de l’aine. Elles peuvent également être situées en profondeur au niveau du thorax ou de l’abdomen et découvertes sur un scanner par exemple. En cas de progression, ces adénopathies peuvent être responsables de symptômes dus à la compression comme une toux, une gêne respiratoire ou un gonflement du cou et du visage pour les localisations thoraciques ou de douleurs abdominales/dorsales, constipation, gonflement des jambes pour les adénopathies de l’abdomen. Quel que soit la localisation, ce lymphome est souvent associé à des symptômes généraux comme la fièvre, les sueurs nocturnes ou la perte de poids inexpliquée.


Comment est réalisé le diagnostic de lymphome diffus à grandes cellules B ?

Si un lymphome est suspecté, la confirmation diagnostique est réalisée avec une biopsie de la tumeur soit chirurgicale soit à l’aiguille en radiologie. C’est-à-dire que le médecin va prélever d'un petit morceau de tissu afin de le faire analyser au microscope par un médecin spécialisé que l’on appelle un médecin anatomopathologiste. Ce médecin est spécialisé dans l’analyse morphologique des cellules et des tissus au microscope.

Une fois le diagnostic posé, des examens complémentaires sont nécessaires pour évaluer l’étendue, les répercussions et le pronostic de la maladie et pour réaliser le bilan pré-thérapeutique indispensable avant de débuter un traitement spécifique. La plupart du temps ces examens comprennent une prise de sang, un scanner ou TEP-scanner, une échographie cardiaque et une ponction lombaire.


Rédaction : Dr Charline Fuseau - Hématologue à l’Institut de Cancérologie de Strasbourg, Europe (ICANS)


*iatrogène : se dit d'une manifestation pathologique due à un acte médical, spécialement à un médicament.

Comments


bottom of page