top of page

Papillomavirus : hommes-femmes même combat !


Le Papilloma Virus Humain, plus couramment appelé HPV ou Papillomavirus, concerne chacun de nous : 80% des femmes et hommes sont confrontés à ce virus au moins une fois dans leur vie. Explications.

Le HPV, Human Papilloma Virus (ou Papilloma Virus Humain) est une famille de virus qui a un tropisme (une capacité à infecter) pour la peau et les muqueuses notamment au niveau génital. Certains types de HPV sont responsables de verrues cutanées, tandis que d'autres types peuvent provoquer des infections génitales et sont associés à un risque accru de développer certains types de cancer, notamment les cancers du col de l’utérus, du vagin, de la vulve, de la gorge ou de l’anus chez la femme et les cancers de la gorge, du pénis ou de l’anus chez l’homme.

Cependant, dans certaines circonstances, le virus persiste. C’est alors qu’il risque d’entraîner le développement de lésions précancéreuses qui, si elles-mêmes persistent, peuvent alors évoluer vers un cancer.

La contamination est essentiellement sexuelle. Le virus est très fréquent, donc toute personne sexuellement active peut le rencontrer.

On estime que, le plus souvent, le premier contact avec le HPV a lieu en général entre 17 et 25 ans. Ainsi, sur une population de jeunes étudiantes, on a pu constater que près de 70% d’entre elles ont contracté le Papilloma virus dans les deux ans qui ont suivi leurs premières relations sexuelles. Il est important de noter qu’en grande majorité soit dans 80 à 90% des cas, l’infection par HPV est passagère et disparait spontanément grâce à nos défenses immunitaires (on parle alors de clairance virale).

L'infection à Papilloma Virus Humain (HPV) peut affecter les hommes de la même manière qu'elle affecte les femmes. Les deux méthodes principales de protection pour réduire le risque d'infection sont : le préservatif, bien entendu, bien que parfois insuffisant mais aussi la vaccination prophylactique (préventive) contre HPV recommandée pour les jeunes filles et les jeunes hommes.

Jusqu’en 2020 la vaccination était réservée aux jeunes filles. Depuis le 1er janvier 2021, l’HAS la recommande sans restriction de genre (pour les garçons et les filles).

Quand se faire vacciner ? Avant les premiers rapports sexuels. On recommande la vaccination via deux doses, pour les jeunes de 11 à 14 ans, et un possible rattrapage jusqu’à 19 ans révolus (3 doses). Pour les hommes ayant eu des rapports avec des hommes, afin de limiter en particulier le risque de cancer de l’anus, ce rattrapage peut aller jusqu’à 26 ans.

"Nous sommes très en retard en ce qui concerne la vaccination des garçons et des jeunes hommes." explique le Pr Cécile Badoual, Cheffe de Service de Pathologie à l’Hôpital européen George Pompidou. En effet, en 2022, la couverture, selon santé Publique France, est encore très insuffisante. La couverture vaccinale complète chez les filles de 16 ans était de 41,5% et était de 8,5% au meme âge chez les garcons. C’est pourquoi, le Président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé, en février 2023, la mise en place d'une campagne de vaccination contre le HPV, au sein des établissements scolaires pour l'ensemble des élèves des classes de 5ème. Cette campagne est lancée depuis le début de la rentrée scolaire.

Le mois de Septembre Turquoise, mois de sensibilisation aux cancers gynécologiques, est donc l’occasion de repréciser avec insistance la prévention contre le HPV et donc potentiellement de certains cancers qui touchent les femmes ET les hommes.


Rédaction : Oriane Noir Relu par la Pr Cécile Badoaul, cheffe de service de pathologie, hôpital européen Georges-Pompidou

Commenti


bottom of page