top of page

Médecine intégrative, un patient dans sa globalité !


Le parcours de soins en cancérologie prend en charge le patient dans sa globalité. Il s’agit de traiter la maladie en premier lieu mais l’approche médicale va combiner les traitements conventionnels médicaux du cancer avec des traitements paramédicaux, ceci pour améliorer la qualité de vie des patients atteints de cancer et atténuer les effets secondaires des traitements. Il a été développé dans ce contexte les soins oncologiques de support (SOS) qui font partie intégrante du parcours de soins des patients atteints de cancer.


Les soins oncologiques de support sont définis comme "l’ensemble des soins et soutiens nécessaires aux personnes malades tout au long de la maladie conjointement aux traitements oncologiques ou onco-hématologiques spécifiques lorsqu’il y en a". L’organisation des SOS a été définie dès le premier Plan cancer (notamment par la mesure 42), puis précisée par une circulaire de 20051, qui en a décrit les composantes obligatoires pour tous les établissements autorisés en cancérologie. Le troisième Plan cancer 2014-2019 a largement repris cette approche globale du parcours du patient en faisant la promotion d’un « parcours de santé » prenant en compte l’ensemble des besoins de la personne malade et de ses proches, au plan physique, psychologique et social.

 

La médecine intégrative (englobant les SOS) vise donc à traiter non seulement la maladie et ses symptômes physiques, mais aussi les aspects émotionnels, sociaux, professionnels du patient. Elle prend en compte donc l'ensemble du patient dans son environnement, en personnalisant les soins pour répondre à ses besoins spécifiques.

Dans le dernier référentiel rédigé et édité par l’Institut du Cancer sont reconnus par les autorités de santé dans la médecine intégrative :

- 4 soins "socles" :

o    prise en charge de la douleur,

o    diététique et nutritionnelle,

o    psychologique,

o    sociale familiale et professionnelle

- 5 soins de support complémentaires :

o    activité physique,

o    soutien psychologique des proches et aidants,

o    préservation de la fertilité,

o    prise en soins des troubles de la sexualité,

o    conseils d’hygiène de vie


- 2 techniques particulières d’analgésie (hypno analgésie et analgésie intrathécale)

 

Toute approche complémentaire doit être discutée avec son médecin et son équipe soignante qui aidera le patient dans la définition du plan de traitement le plus approprié pour sa situation individuelle. Retenez que même un jus de fruit (le jus de pamplemousse par exemple) peut interagir avec certains traitements et en modifier les effets donc il est important de discuter des approches complémentaires que vous souhaitez mettre en place. Pour toute information sur les soins oncologiques de support ,l’association francophone des soins oncologiques de support (AFSOS) édite régulièrement des informations sur le sujet.

 

Rédaction : Dr Pierre-Edouard Debureaux, hématologue, Hôpital St Louis

コメント


bottom of page