top of page

Actu - La prostate sous les feux de la rampe


La journée européenne de la prostate, c’est aujourd’hui, le 20 septembre. L’occasion de faire le point sur cet organe masculin qui peut en ennuyer plus d’un….


Prostate qui es-tu ?


La prostate est une glande de l’appareil génital masculin. Elle est située sous la vessie et en avant du rectum (la partie finale du tube digestif juste avant l’anus). Elle a la forme et la taille d’une châtaigne chez l’homme jeune mais son volume augmente avec l’âge.

Cette glande entoure le début de l’urètre, canal qui permet d’évacuer l’urine et le sperme.

Elle est entourée d’une capsule - la capsule prostatique- , une fine couche de tissu conjonctif qui enveloppe cette glande et qui la sépare du reste des autres organes de la région pelvienne.

Elle joue un rôle essentiel dans le système reproducteur masculin en produisant une partie du liquide séminal, qui est une composante du sperme.

Le sperme est composé des spermatozoïdes (fabriqués dans les testicules) et du liquide séminale (fabriqué par la prostate et les vésicules séminales). Au moment de l’éjaculation, le liquide séminal se mélange avec les spermatozoïdes, qui proviennent des testicules et passent par les canaux déférents. La prostate est donc un "shaker".

Prostate, quand tu dérapes…


Qui n’a pas entendu un homme, souvent de plus de 50 ans, évoquer ses problèmes de prostate ?

Un suivi sérieux s’impose car le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l'homme, avec plus de 50 000 nouveaux cas par an en France. C’est, le plus souvent, un cancer d'évolution lente.

Il peut être silencieux ou responsable d'une sensation de lourdeur dans le bas-ventre, de troubles urinaires ou encore de troubles de l'érection.

Comme indiqué sur le site Améli : "Aujourd’hui, le bénéfice du dépistage du cancer de la prostate n’est pas clairement démontré : il n’est pas certain que ce dépistage permette d’éviter des décès liés au cancer de la prostate. Les deux plus grandes études scientifiques internationales présentent des conclusions contradictoires sur ce point.

C’est pourquoi, en France et à l’étranger, aucune autorité de santé ne recommande le dépistage systématique du cancer de la prostate par dosage du PSA (antigène prostatique spécifique) chez les hommes sans symptôme.

Toutefois, certains hommes peuvent souhaiter un dépistage du cancer de la prostate.

Si vous envisagez de vous faire dépister ou si votre médecin vous le propose, il est important de disposer d’une information complète sur les avantages et inconvénients des examens de dépistage et de leurs conséquences. La décision de s’engager dans une démarche de dépistage du cancer de la prostate est un choix personnel qui nécessite d’être réfléchi."


Néanmoins, il est important de consulter un médecin généraliste puis un urologue si besoin dès les premiers symptômes.


Emissions à regarder en complément de cet article :



Rédaction : Karin Tourmente-Leroux



Comentários


bottom of page