top of page

Congrès - ASH 2022 - Un myélogramme, pas toujours indispensable


L’étude iStopMM (cohorte islandaise ayant recherché des gammapathies monoclonales dans la moitié de la population islandaise), basée sur plus de 1000 patients, a apporté de nombreux résultats épidémiologiques sur les immunoglobulines monoclonales.

Le système immunitaire produit en temps normal des anticorps (appelés immunoglobulines) pour nous défendre contre des agents infectieux de l’environnement. Parfois le système s’emballe et certains plasmocytes (type de cellules produisant les immunoglobulines) s’emballent et produisent en quantité anormale un type précis d’immunoglobuline. On parle alors d’immunoglobuline monoclonale, situation "fréquente" après 60 ans, le plus souvent sans conséquence. Dans de rares cas cette immunoglobuline "anormale" peut entraîner des conséquences sur les os ou sur d’autres tissus…

Le plus intéressant concerne l’indication de myélogramme dans les pics monoclonaux sans manifestation clinique. Myélogramme qui a pour but de différencier les MGUS qui nécessitent une surveillance annuelle d’un myélome indolent qui nécessite une surveillance plus rapprochée tous les six mois. Le diagnostic de myélome indolent ne se fait que que dans 10% des cas, et ce grâce à la présence d’une infiltration de cellules malades au niveau de la moelle. 90% des patients font donc faire un myélogramme sans impact thérapeutique direct. Eythorsson et son équipe proposent de sélectionner les patients ayant une probabilité plus forte d’avoir un myélome indolent, grâce à des scores de biologies sanguines, plus simples à obtenir qu’un myélogramme. Ainsi on évitera à deux tiers des patients de faire un myélogramme lors de la prise en charge initiale. Voici le lien vers le calculateur qui vous permettra d’évaluer vos chances : https://istopmm.com/riskmodel/


Rédaction : Dr Pierre-Edouard Debureaux, Hématologue St Louis, d’après le congrès de l’ASH


Vous devez discuter de votre cas personnel avec votre médecin. Cet article ne peut consister un avis médical. Des recherches complémentaires doivent compléter cette étude.


Comentarios


bottom of page