top of page

Aplasie médullaire et traitements anti-cancéreux


L'aplasie médullaire est caractérisée par une diminution de la production de cellules sanguines dans la moelle osseuse. Les cellules sanguines, sont notamment les globules rouges, les globules blancs et les plaquettes qui sont essentielles au bon fonctionnement du corps. L’aplasie médullaire peut avoir des causes diverses (origine génétique, réactions auto-immunes ou à des expositions à des substances toxiques dont en chef de file : les chimiothérapies).

En rapport avec une diminution des plaquettes et globules blancs, l'aplasie médullaire peut être à l'origine d'une fatigue extrême, une pâleur, des ecchymoses (bleus, hématomes) ou des saignements excessifs, une augmentation du risque d'infection. Il existe aussi des symptômes liés à l'anémie (baisse des globules rouges) tels que des étourdissements, une stupeur, une augmentation du rythme cardiaque et des essoufflements.

Pour diagnostiquer l'aplasie médullaire, les médecins vont effectuer des analyses de sang pour évaluer les taux de cellules sanguines et confirmer une production réduite dans la moelle osseuse en allant voir directement à la source par la biopsie de moelle osseuse. Le traitement est basé sur des traitements immuno-supresseurs ou l'allogreffe de moelle osseuse.

Certaines aplasies peuvent être entrainer par les traitements anticancéreux (la forme la plus fréquente en onco-hématologie). En effet, ces derniers, tels que la chimiothérapie et la radiothérapie, visent à détruire les cellules cancéreuses qui se développent de manière incontrôlée et rapidement. Toutefois, lorsque certains médicaments anticancéreux sont administrés, ils vont cibler les cellules à division rapide (ex. : les cellules cancéreuses, les cheveux, les cellules de la moelle osseuse, etc.). La destruction ou la suppression temporaire de ces cellules peut entraîner une réduction de la production de globules rouges, de globules blancs et de plaquettes, conduisant ainsi ce que l’on appelle une aplasie médullaire post chimiothérapie/radiothérapie.

Il est important de noter que tous les traitements anticancéreux ne provoquent pas systématiquement une aplasie médullaire, et la probabilité de développer cette complication dépend du type de médicament utilisé, de la dose administrée, de la durée du traitement et de la sensibilité individuelle du patient.

Dans la majorité des cas, l'aplasie médullaire causée par les traitements anticancéreux est temporaire, et la production normale de cellules sanguines peut se rétablir progressivement dans les semaines suivantes. Cependant, dans de rare cas, l'aplasie médullaire peut être plus persistante, nécessitant une prise en charge médicale spécifique et éventuellement des traitements supplémentaires tels que des greffes de moelle osseuse.


Rédaction : Dr Pierre-Edouard Debureaux, hématologue, Hôpital St Louis

Kommentare


bottom of page